Toutes et tous à Barjac le 28 février 2016 !

Barjac 28 02 2016C’est clair, la mobilisation est énorme pour Barjac le 28 février :

Les collectif se réunissent, les citoyens s’investissent, tracts et affiches se répartissent, s’affichent et se distribuent… les départements voisins remplissent des bus…
C’est l’ambiance des grands jours, parce que l’enjeu est grand : soit on laisse la voie à TOTAL et aux pétroliers, soit on leur dit stop à eux et au gouvernement de Hollande.

  • Le collectif Nîmes Anti-Schiste est totalement (!) mobilisé pour réussir le rassemblement de Barjac.
    Réuni mercredi 10 février, il a décidé de diffuser partout sur la ville tracts et affiches.
    Un communiqué de presse Communiqué de presse Nimes Anti-Schsite Février 2016 du collectif est envoyé  et une lettre aux Maires Lettre maires NAS 02-2016 de Nimes Métropole concernés par le permis de Montélimar leur est adressée.
  • Rendez-vous jeudi 18 février à 18h30 place St Charles pour un affichage autour des boulevards
  • Rendez-vous vendredi 19 février de 11H à midi sur le marché du Jean Jaurès pour distribuer le flyer
  • Rendez-vous samedi 20 février de 10h à 11h aux Halles entrée rue Guizot pour distribuer le flyer
  • CO-VOITURAGE le dimanche 28 février pour se rendre à Barjac : rendez-vous 9h30 en haut du Jean Jaures, entrée du Jardin de la Fontaine –
    Contact Marie Reine : 06 81 98 89 65

Et un article du Canard enchainé qui a circulé pendant la réunion et que nous partageons avec vous tous : GdS-Des ptits trous, des ptits trous … (Canard enchainé-02 2016)

Venez nombreuses et nombreux,
A bientôt !
Pas fini 2016

Mobilisation générale et organisation du rassemblement à Barjac le 28 février prochain

Pas finiUn point précis de la préparation du grand rassemblement à Barjac dimanche 28 février prochain. Bonne lecture et à très bientôt !

  • Les collectifs anti-schiste du Gard se sont réunis mercredi 3 février à St Géniès de Malgoires.
    5 personnes de Nîmes Anti-Schiste étaient à cette réunion.
    Consultez le compte-rendu : Cpte rendu-2016_02_03_preparation_barjac.doc
  • Le collectif Nîmes Anti-Schiste se réunit :

Mercredi 10 février 2016
de 18h à 20h très précises
Au Café Gambrinus
Adresse : 18 Avenue Jean Jaurès, 30900 Nîmes
Téléphone :04 66 23 18 94
La salle est gratuite, en échange, nous nous engageons à consommer un verre.

Il est possible que nous ayons des affiches et des flyers lors de cette réunion, on se les répartira. Le flyer : Flyer Barjac OK V2

Ni ici… Ni ailleurs : L’Algérie suspend l’exploration des gaz de schiste http://www.bastamag.net/L-Algerie-suspend-l-exploration-du-gaz-de-schiste-un-an-apres-le-debut-des

 

 

COMMUNIQUÉ DE PRESSE du 16 janvier 2016 DES COLLECTIFS ANTI GAZ DE SCHISTE IMPACTES PAR LE PERMIS DE MONTELIMAR

Les collectifs des 5 départements impactés par le permis de Montélimar (Ardèche,Drôme,Gard, Vaucluse et Hérault),se sont réunis ce samedi 16 janvier 2016.

 Ils invitent la population et les élus à se mobiliser le dimanche 28 février 2016, à BARJAC (Gard), face au risque de réattribution du permis détenu par Total.

 Ce rassemblement sera l’occasion de rappeler au gouvernement notre exigence de rejeter toute possibilité de réattribution de ce permis.

 De même, nous exigeons du gouvernement qu’il interdise définitivement toute exploration et exploitation de gaz et pétrole de schiste et autres hydrocarbures non conventionnels.

Ceci conformément aux engagements du Président de la République lors de la COP21 et, plus récemment, de la ministre de l’écologie à l’Assemblée nationale.

Contact presse: Paul Reynard 06 85 55 00 63

 

Le gouvernement délivre de nouveaux permis pétroliers à la veille de la COP21 !

code-minier_zoom

Pour en savoir plus : cet article de Basta, ce post de blog sur Médiapart, cette tribune sur Reporterre et ce texte sur le site du collectif Stop Gaz de schiste Rhône-Alpes.

 

Pas fini

 Nous (le collectif Nîmes anti-schiste) avons demandé à plusieurs reprise à être signataire de ce genre de communiqué, mais notre collectif ne figure toujours pas parmi les signatures.

Qu’importe, nous faisons nôtre ce communiqué de presse :

Le gouvernement délivre de nouveaux permis pétroliers à la veille de la COP21 !

Communiqué 1er octobre 2015

Le 21 septembre dernier, Ségolène Royal, Ministre de l’écologie, et Emmanuel Macron, Ministre de l’économie, ont accordé trois nouveaux permis de recherche d’hydrocarbures liquides ou gazeux (les permis de Champfolie en Seine-et-Marne, de Herbsheim dans le Bas-Rhin et d’Estheria dans la Marne) et ils ont décidé d’en prolonger deux autres jusqu’à fin 2018 (les permis de Bleue Lorraine en Moselle et de Juan de Nova dans « les terres australes et antarctiques françaises »). Ces permis de recherche visent officiellement des pétrole et gaz conventionnels, mais également des pétrole et du gaz non conventionnels, malgré la loi d’interdiction de la fracturation hydraulique.
À la veille de la Conférence de l’ONU sur le changement climatique à Paris, le gouvernement encourage donc la poursuite des investissements dans la recherche de nouveaux gisements d’hydrocarbures sur le territoire français. Une décision qui entre en contradiction avec les recommandations des scientifiques qui ont clairement établi qu’il fallait geler 80 % des réserves actuelles prouvées d’hydrocarbures, pour avoir une chance raisonnable de ne pas dépasser les 2°C de réchauffement climatique d’ici la fin du siècle.

En délivrant ces nouveaux permis, le gouvernement fait donc le contraire de ce qui est nécessaire : à l’heure où pour chaque euro investi dans les énergies renouvelables, près de quatre le sont dans les énergies fossiles, il est urgent de mettre fin à l’expansion du front de l’extraction des énergies fossiles. Que valent donc les promesses de François Hollande et des négociateurs français d’obtenir un « accord historique » à Paris et de « tout faire » pour rester en deçà des 2 °C, si c’est pour entretenir cette fuite en avant extractiviste et les crimes climatiques qui en découlent ?

Nous exigeons que le gouvernement annule les permis qu’il vient de délivrer et mette fin à la prospection pétrolière, gazière et charbonnière sur le territoire. Pour que les discours sur l’urgence climatique ne restent plus sans lendemain.

Signataires

Organisations  : 350.org, Agir pour l’environnement, Aitec, Amis de la Terre, Attac France, Confédération paysanne, Coordination Eau Île-de-France, France Libertés, FSU, Réseau Action Climat, Solidaires

Collectifs citoyens contre les hydrocarbures de schiste : Collectif du pays fertois (77), Stop GDHC d’Alsace et de Lorraine, collectif Carmen (Château-Thierry 02), Collectif stop gaz de schiste 69, Collectif Haut Bugey non aux forages, Collectif non au gaz de schiste pays de Savoie et de l’Ain, Collectif 07 Stop Gaz et Huiles de Schiste, collectif houille-ouille ouille 59/62, collectif d’Anduze, collectif 91, Collectif GDS Roquedur-Le Vigan, Collectif viganais, STOP GHRM 38

Un nouveau code minier pour encourager les forages et les mines

code-minier_zoom

Un florilège dangereux !

Relance de l’activité minière, intérêt des populations ignoré, carte blanche aux industriels, opérations d’exploration libres quelle que soit la manière de procéder, avoir les mains libres par la voie de l’ordonnance…

En mars dernier, la réforme du code minier refait brusquement surface avec la publication en ligne par les ministres du Développement durable, de l’Écologie et de l’Énergie, Ségolène Royal et de l’Économie, de l’Industrie et du Numérique, Emmanuel Macron, d’un avant-projet de loi soumis à consultation(1). Cette réforme avait été initiée suite au mouvement d’opposition provoqué par la délivrance en catimini, en 2010, de permis de recherche de gaz et pétrole de schiste qui souleva en France une puissante mobilisation citoyenne soutenue par les élus locaux. Lire la suite : http://blogs.mediapart.fr/blog/claude-taton/010915/un-nouveau-code-minier-pour-encourager-les-forages-et-les-mines