Communiqué de presse du 06 octobre 2011

Suite aux déclarations du président de la République venu « en grandes pompes » le 4 octobre dans les Cévennes

sur l’abrogation de 3 permis hydrocarbures (gaz et huiles de schiste), nous nous félicitons de cette première victoire,

fruit d’une mobilisation citoyenne sans précédent ! Mais attention au piège, car cette victoire est très partielle…

“Ces trois permis représentent la totalité des permis demandés en France en vue de l’exploitation de gisements de gaz de schiste” :

c’est ainsi que le communiqué de presse du Gouvernement nous présente les choses.

C’est faux : sur les 64 demandes, de nombreux autres permis, dont 4 dans le Gard,

concernent des gisements d’huile et de gaz de schiste.

C’est notamment le cas pour le permis de Nîmes, dont la société exploitante britannique Egdon a racheté la société Encore Limited et annonce toujours la continuation de l’étude.

Le collectif a d’ailleurs écrit au Préfet du Gard à ce sujet la semaine dernière.

Ce permis concerne 30 communes en totalité ou en partie :

Poulx, Cabrières, Lédenon, Sernhac, Fournès, Montfrin, Meynes, Bezouce, St Gervasy,

Jonquières, Redessan, Marguerittes, Manduel, Rodilhan, Beaucaire, Bouillargues, Bellegarde,

Garons, St Gilles, Générac, Beauvoisin, Vauvert, Le Cailar, St Laurent d’Aiguouze,

Codognan, Vergèze, Vestric et Candiac, Aubord, Milhaud et Nîmes.

Alors mensonges ?

Les foreurs eux-mêmes nous expliquent depuis 8 mois que certaines couches géologiques profondes (toartien…)

recèlent une réserve monumentale d’hydrocarbures.

On comprend aisément que ces “importantes réserves” ne pouvaient pas se trouver uniquement dans les 3 permis abrogés.

Qui a dit manœuvres politiciennes ?

A six mois des présidentielles, cette annonce arrive à point pour Nicolas Sarkozy :

elle pourrait permettre de désamorcer un grand mouvement de contestation citoyenne.

En abrogeant les 3 permis sur les territoires où la mobilisation est la plus forte et la mieux organisée (Ardèche, Lozère, Gard, Hérault et Aveyron),

le Gouvernement espère casser la dynamique de lutte sur tout le territoire national.

Pour les 61 autres permis non abrogés, par ce communiqué, le Gouvernement rassure les foreurs et donne carte blanche aux industriels

pour continuer l’exploration et/ou l’exploitation de ces couches géologiques.

Manipulations ? Le résultat est très partiel pour notre région et cette annonce est presque anecdotique puisque la majorité des permis sont encore valides.

N’oublions pas non plus les nombreuses extensions de permis, toujours à l’étude,

qui sont un grand espoir pour les foreurs et qui ne sont pas concernées par ce communiqué.

Attendons-nous à une forte campagne médiatique visant à semer le doute.

Nous restons mobilisés, la lutte continue !

La petite victoire d’aujourd’hui nous conforte dans la légitimité de nos actions et dans notre détermination.

Au vu de ces nouvelles données, les actions engagées restent pertinentes et sont plus importantes que jamais.

Le collectif Nîmes Anti Schiste, est plus que jamais déterminé et notre mot d’ordre reste :

« GAZ ET HUILES DE SCHISTE : NI ICI, NI AILLEURS ! »

Jeudi 6 octobre 2011